Questions de science
et de technologie


 Sciences numériques au lycée

III.1 Un enseignement de spécialité Informatique et sciences numériques a été introduit en 2012 en terminale scientifique. En 2015, le gouvernement a décidé sa généralisation et introduit de nouveaux programmes de science informatique du primaire au baccalauréat. Néanmoins il n’existe ni CAPES ni agrégation spécifiques. Comment comptez-vous développer la formation des élèves, le recrutement et la form ation permanente de leurs enseignants dans ce domaine ?



JL Mélenchon

Nous souhaitons généraliser l’enseignement de la culture numérique et informatique à l’école et dans les concours et formation des enseignants

N Dupont-Aignan

Il est inutile de saupoudrer un vague enseignement au numérique tout au long du primaire, du collège et du lycée – souvent au détriment de la lecture, de l’écriture et du calcul – considérant par ailleurs que les jeunes sont bien plus à l’aise que leurs parents avec les nouvelles technologies sans enseignement particulier. Une réponse véritablement pertinente à l’enjeu, celle que je propose, consiste à concentrer les moyens dans les filières ouvrières d’excellence. La revalorisation du travail manuel est essentielle : cessons d’exclure les gens brillants des circuits manuels et rénovons les filières spécialisées pour former les futurs ouvriers, capables de programmer et d’exploiter les outils du numérique. En matière d’emploi, je propose d’intensifier les formations aux métiers du numérique au sein de Pôle emploi, en offrant une formation à l’informatique et à l’entreprenariat aux demandeurs d’emploi désireux de créer leur entreprise dans le numérique ou de se reconvertir.





 Attaques informatiques

III.2 On a pu constater récemment une accumulation d’attaques locales ou mondiales massives et efficaces contre des systèmes informatiques de tous ordres, aidées par les sérieuses faiblesses de leurs systèmes de protection. Comment comptez-vous traiter ce problème ?



JL Mélenchon

Il nous paraît important de lancer un grand plan de sécurité informatique qui prendra différents aspects : sensibilisation du grand public et des industriels, développement des initiatives de type « bug bounty » par nos entreprises via des structures françaises, augmentation des moyens de l’ANSSI.
Par ailleurs, nous souhaitons réaliser une évaluation de l’efficacité des solutions techniques utilisées par les services de renseignement par une commission d’enquête parlementaire. Les mesures inefficaces, disproportionnées ou contre-productives seront abrogées.

N Dupont-Aignan

Les différents scandales d’écoutes, d’espionnage mais aussi d’abus commerciaux sur la vie privée de nos concitoyens montrent l’urgence de briser l’hégémonie américaine sur la révolution numérique. L’État et les consommateurs sont à l’heure actuelle désarmés, face aux pratiques hostiles de certains États et des multinationales, pour assurer la sécurité des données personnelles. C’est pourquoi je propose :

• De reprendre le contrôle sur les multinationales numériques en exigeant l’hébergement des données issues d’usagers français en France avec un vrai droit à l’oubli.

• De promouvoir les initiatives pour faire de la France la championne des logiciels libres et déploiement de logiciels souverains, notamment pour garantir la sécurité des systèmes d’exploitation utilisés par l’Etat et nos entreprises stratégiques.

• D’obliger tous les dirigeants, hauts-fonctionnaires et personnels sensibles à utiliser des moyens de télécommunication sécurisés, protégés de tout risque d’espionnage.





 Les décideurs face au monde numérisé

III.3 L’informatisation du monde modifie de façon intense et profonde un nombre toujours croissant d’activités dans l’industrie, le commerce, la gestion des collectivités, l’éducation, la culture, les loisirs, etc. La science française est forte sur ce plan, mais la formation initiale ou continue de nos décideurs à une compréhension réelle des effets attendus du développement rapide du numérique, reste faible en comparaison des USA et de l’Asie. Comment faire pour que l’écart actuel n’aille pas en augmentant ?



JL Mélenchon

Le numérique est un axe prioritaire de notre campagne. Il sera au coeur de notre politique et nous ferons de la France un pays majeur notamment sur les logiciels libres et le secteur culturel numérique (jeux vidéos, etc.).

N Dupont-Aignan

La réelle maîtrise des technologies de télécommunication et l’excellence française en informatique ont été gâchées par l’inaction des différents gouvernements. Alcatel, champion national et leader mondial a été démantelé, perdu dans une fusion aberrante avec l’américain Lucent puis finalement racheté par Nokia. La France, en partenariat avec ses alliés européens et ses amis francophones qui le souhaitent, doit assurer sa propre souveraineté numérique, au service de nos intérêts, de notre sécurité mais aussi de notre culture. Je propose :

• De lancer notre propre moteur de recherche (un « Google » francophone) et nos réseaux sociaux, en partenariat avec des pays européens volontaires.

• Que l’État redevienne temporairement majoritaire au capital d’Orange et parraine le lancement d’une OPA Amicale sur Nokia-Alcatel pour créer un champion numérique. Cette opération sera ouverte à des partenaires économiques de bonne foi.

• De protéger le capital des pépites internet francophones (Deezer, dailymotion...)